31 déc. 2011

PREND TOI EN MAIN...C'EST TON DESTIN

Je commence cette nouvelle année avec un brin d'humour sortie des archives mais le leitmotiv sera bel et bien celui-là

Alors pas de bilan, ni de retour en arrière sur 2011, car ça n'aurait pas grand intérêt.
J'ai juste pris la température et la mesure d'une nouvelle discipline qui se nomme Triathlon.

Cela m'a permis de comprendre que le triathlon ne se résume pas à mettre bout à bout 3 sports bien distincts mais que c'est une discipline à part entière.
Discipline, qu'il faut savoir gérer, appréhender et travailler pour progresser.

Je vais donc me tourner vers la nouvelle année directement, car maintenant il va falloir se préparer sérieusement pour avancer vers l'Ironman de mes 40 ans.

13 nov. 2011

TAMALOUTE OU GOURDASSE ?

Depuis les dernières foulées du Tram, courues en performance et avec runnings usées aux pieds (je sais c'est moche..d'un point de vue fashion comme d'un point de vue médical), j'ai bien évidemment développé une inflammation du genou.




16 oct. 2011

NIORT J'ADORE... (PAS trop trop en fait)

L'année dernière et pour la prépa marathon La Rochelle j'avais couru le semi de Niort.
J'en garde un goût amer, d'une course, certes menée à l'allure ciblée, mais qui m'a semblé si dure que le plaisir n'avait pas réussi à adoucir l'âcre saveur de ce parcours un poil exigeant.

25 sept. 2011

TRIATHLON NOCTURNE DE CHOLET

vendredi 23 septembre, nous avons eu la chance et le privilège de participer au triathlon nocturne de Cholet sous une météo clémente et dans le complexe Glisseo en centre ville.

Ce triathlon se fait par équipe et se compose de 2 Super Sprints (350 nat/10 vélo/2,5 cap)

4 sept. 2011

TRIAHTLON QUIBERON - PLUS C'EST LONG, PLUS C'EST BON

Je me remets tout juste de ce premier DO afin de vous livrer les détails de la course qui sont encore tout croustillants.

2 août 2011

DO QUIBERON - J-4 SEMAINES

Un petit post pour faire le point sur la reprise sérieuse d'un entraînement triathlon.

Suite à l'ultra-marin, j'ai fait un gros repos de 2 semaines sans rien faire du tout.
tout simplement car je n'avais pas du tout envie de me fatiguer, de me bouger et je ne me suis pas fait violence (de toute façon je m'endormais partout, même au feu rouge).

27 juin 2011

ULTRA-MARIN 2011 - JE SUIS ULTRA-MARATHONIENNE !!

En route pour Vannes et son super trail nocturne.
La météo est plus que clémente car le soleil nous sourit et nous baigne dans sa douce chaleur.

Comme avant chaque course, Tugdual m'agace par son agitation et son énervement turbulesque.
Il part dans tous les sens, commence un truc et en entame un autre, fait des va-et-vient inutiles.
Il me fatigue....

Moi, j'ai besoin de concentration, d'ordre et de rigueur comme une mécanique.
Je prépare donc mon sac dans mon coin en tâchant d'occulter l'électron libre qui papillonne dans la maison.

Une fois la check-list pointée et tout empilé dans le camping-car, nous partons avec 1 heure de retard sur le planning.

Arrivés à Vannes, nous avons la mauvaise surprise de constater que le parking pour camping-car coureurs se situe à 2 kms de l'arrivée.
Nous nous garons et descendons au village du raid, jeter un coup d'oeil et retirer nos dossards.
(cela nous fera faire en tout 6 bons kilomètres, vite regrettés au moment de la course).

Comme à mon habitude avant un gros challenge, je suis dans ma bulle et parle peu, j'essaie de visualiser la course.

Après quelques courses (bas de contention et saucisson pour Tugdual, pain et eau pour camping-car), nous remontons au camion et décidons de le déplacer pour le rapprocher de l'arrivée.

Une fois fait, je file dans la couchette pour faire la sieste. Le stress me plonge immédiatement dans un sommeil profond. C'est ma façon de méditer :-)
Tugdual me rejoint et somnole, puis s'agite (encore) et fini par me réveiller à bouger comme un asticot à côté de moi.

J'accroche mon dossard, et vérifie le contenu de mon sac.
Céline, qui fait aussi le trail, nous a indiqué qu'il y aura plusieurs points de ravitaillement, ce qui me permet de ne prendre qu'1 litre d'eau car il est déjà fort lourd (3 kgs au total).

Le soir arrive vite et nous nous habillons pour partir rejoindre la navette.
En tenue et sac au dos, je me fais l'impression d'être une guerrière. Les gens qui nous croisent nous regarde avec admiration (si si, on nous prend pour des vieux de la vieille) et quelques uns nous interrogent sur la course.

Mon objectif est simple : boucler le parcours en moins de 8 heures (j'espère faire entre 6 et 8 heures).
Pourquoi un tel objectif ? parce qu'imaginer courir plus de 8 heures me file une frousse incroyable et que ça me rassure de calculer et démontrer, basé sur mes marathons, que oui 56 kms c'est faisable en 6 heures en s'arrachant un peu - alors en 8 heures c'est de la promenade de santé, vous pensez bien ma bonne dame.

Arrivés au Bono, nous rejoignons Céline et discutons de.... course à pied !
Elle a bouclé les 86 kms l'année dernière mais stresse tout de même pour ce minuscule trail de 56.

La tension et le stress monte au fur et à mesure que l'heure avance. Bientôt nous sommes sous l'arche de départ, il y règne une joyeuse ambiance de fête et de trépignement.
Nous sommes dans les starting-blocks prêts à en découdre avec le Golfe.

Le top départ est donné et bien sûr ça piétine. ça m'agace, je n'arrive pas à courir, je piaffe d'impatience. Il y a beaucoup de marcheurs (trop à mon goût), de vrais empêcheurs de courir en rond.

Nous entamons le premier sentier douanier où j'espère pouvoir galoper. Impossible, nous devons marcher, couroter, marcher.
ça m'énerve prodigieusement.
Enfin du bitume, je galope, youpi c'est chouette la vie.
Puis à nouveau un sentier, il y a des souches et des cailloux, des rochers aussi.
Nous alternons sans cesse le rythme et toute l'attention se focalise sur le chemin ainsi que sur la personne devant soi. Il n'y a de la place que pour 1.

Je me tords les chevilles sans cesse et les appuis changent à longueur de temps.
Je sens le tendon de mon genou qui grince, ça tire dur et c'est un bon exercice de proprioception.

Je remercie intérieurement ma prédisposition à ne pas faire d'entorse ou de foulure, car vu les angles que prennent mes chevilles par moment, ça frise le contorsionnisme du pied.

C'est épuisant toute cette concentration et cette tension musculaire.

Arrivés au 1er ravito du 7ème kilomètre, j'ai le sourire banane et de l'énergie à revendre.
Je me penche vers Tugdual et lui murmure : "le trail c'est un truc de mauviettes" avec un clin d'oeil.
Lui est beaucoup moins confiant et fortement énervé par mes excès de vitesse.

ça repart après le pointage et je regalope car nous sommes à nouveau sur bitume pour rejoindre un sentier. Les portions de bitume sont peu nombreuses et pas bien longues, j'essaie de prendre un maximum de place à ce moment là mais Tugdual refuse de me suivre.

Il n'arrête pas de me dire de ralentir, de m'économiser - il m'énerve à la fin çui là - je sais géré sur 42, c'est pas 14 de plus qui vont me faire peur non ?

Au 15 ème, un autre ravito et là j'ai la dalle (malgré le gel pris tout du long) - Céline se sent en forme, je la vois prendre de l'eau et repartir très vite.
Moi je bouffe, un trail c'est aussi de la convivialité. Banane, Tuc et eau, miam, miam.

Nous repartons mais je commence à avoir mal aux jambes. Je me dis que c'est un peu tôt pour que ça durcisse déjà. j'avale un GU (sucre rapide) et la douleur s'envole par miracle.
Je reprends confiance pendant que le soleil finit de se coucher. Nous n'avons que 30 min de retard sur le planning et c'est principalement dû au ralentissement de début de course.

J'allume ma frontale et nous galopons dans les sous-bois, ça sent l'humus, je me fais l'impression d'un chevreuil foufou.
Quand, patatra, mon pied se tord entre une racine et un cailloux et je pars avec de grands moulinets de bras tête la première dans les décors. Je tombe sur mon flanc droit dans un tas de feuilles mortes.

Tugdual, pousse un cri de peur, nous sommes à 21 kilomètre et ma frontale éclaire que dalle.
Je me relève morte de rire, en imaginant la scène et je vais me trimballer ce fou rire pendant 2 bons kilomètres.

En revanche, dorénavant, et étant donné que je ne vois pas assez loin, je décide de marcher dans les sentiers au lieu de courir.
Nous avons effectué pas mal de montées et de descentes (que j'ai pris un malin plaisir à courir) et nous doublons Cocotte et Gygy qui marchent bon train et me reconnaisse.
Hop petit demi-tour pour leur demander comment ça va et je repars guillerette, bien décidé à rattraper Céline, pour essayer de faire comme elle.

Céline, fait du trail depuis longtemps et je sais qu'elle a une bonne expérience, j'espère pouvoir calquer sa façon de faire mais pour cela, il faut que je la rattrape.

On commence à taper dans le dur musculairement, car nous ne sommes pas habitués à changer aussi souvent de surface.

Je m'arrête pour une pause pipi et repars en courant quand Tugdual me lance un :"laisse tomber il y a une côte, fais pas ta frimeuse".

Ah oui, c'est vrai que les côtes, on a tacitement décidé de les faire en marchant. ça sert à rien de faire mine de courir si en marchant on va aussi vite n'est-ce pas ?
Parce que même si le dénivelé n'est pas très fort, il y a quand même de la bosse qui casse bien le rythme.

Nous ralentissons donc ostensiblement étant donné qu'il fait nuit noire maintenant et que nous sommes à 95% sur chemin côtier. l'attention doit être soutenue pour ne pas tomber.
Je me promets de courir dès que j'aurais fini le marathon.

32ème kilomètre, j'atteins mes limites musculaires. Mon corps n'est pas habitué à ce genre d'exercice et je fais travailler des muscles qui n'en n'ont pas l'habitude. Résultat, je suis dure comme un cailloux. Mon dos me tire autant que mes jambes.

Je suis heureuse de trouver le ravito pour me reposer un peu. j'enlève mon sac et m'allonge genoux à la poitrine. Que c'est bon de ne plus sentir de pression sous ses pieds. Que c'est bon de sentir la fraîcheur de l'herbe dans son dos. Que c'est bon de planter son regard dans les étoiles qui finissent par tournoyer et je m'enfonce dans le sol. Hmm, je piquerais bien un petit somme.

Mais, nous pouvons encore faire 8 heures et il ne faut pas trop traîner. D'ailleurs l'endroit devient vite moins paradisiaque, quand une traileuse vient vomir ses tripes et ses boyaux à 2 mètres de nos têtes.

Plus que 10 kms et le marathon est bouclé, j'ai mal, mais rien d'insurmontable, rien que du déjà vécu, déjà vu.

Mais je commence à fatiguer de ces chemins, je ne peux même pas me plonger dans la musique car la moindre faute inattention entraînerait ma chute.

c'est 10 kms passent très doucement, j'ai encore fortement ralenti. Je ne peux plus lever mes pieds. Chaque pas déclenche une douleur sous la voute plantaire. Mes chaussures mes semblent être des carcans, des objets de torture.

42ème km et un autre ravito en haut d'une bosse. j'ai trop mal aux pieds...
Tugdual me les masse au voltarène. Sentir le froid de la crème antalgique, et les pressions douces de ces doigts sont un plaisir nirvanesque.
Je lui rend la pareil, car il souffre aussi. ça fait 7 heures que nous crapahutons et je pense que nous devrions être beaucoup plus proche de Vannes. Malgré tout, je n'arrive pas à me résoudre à partir immédiatement.
Je m'allonge à nouveau pour détendre mon dos et mon bassin. Puis je me dirige vers le ravitaillement qui est entravé par 2 trailers et leur sac à dos.

Un bénévole m'interpelle et me dit de me servir et d'une voix presque inaudible, je murmure que je n'arrive pas à me frayer un passage.
En pleine possession de mes moyens, cela m'aurait été facile, mais là je suis tellement fatiguée que je n'ai pas la force d'écarter les gens devant moi.

Le bénévole les écarte et me donne une place de princesse (je l'aurais embrassé) - je prends du pain, de l'eau, des pâtes de fruits, des bananes et nous repartons.

C'est la dernière portion de 14 kms et plus de ravitaillement avant l'arrivée.

Le calvaire continue. Je ne peux plus du tout courir et à peine marcher. Dans ma chute au 21ème je me suis contusionnée le bord externe du pied et le genou droit.
Je n'avais rien remarqué pris dans l'euphorie du moment. Mais là, à chaque pas, ça me lance une décharge électrique. J'ai presque l'impression que mon pied est fracturé.

Je sais bien que mon corps m'envoie des signaux erronés, car il veut que je m'arrête.
Alors je n'écoute pas, mais la douleur persiste.

Je pense à cette scène de Midnight Express, quand le gars se fait torturé et qu'on lui bastonne la plante des pieds. Je me sens dans le même état. Chaque aspérité du sol est un supplice, je ne sais plus comment faire pour avancer. La caresse d'une plume sur ma voute plantaire serait aussi une torture.
Mes pieds ne supportent plus le poids de mon corps. Mes genoux me tirent, mes fessiers se rebellent, mes cuisses protestent, mon dos est tordu mais j'avance.

Nous croisons les Grands-Raideurs du 177, qui sont dans un état lamentables et avancent comme des zombies fraîchement sortis de leur tombe.
Sans rire, je suis dans le même état qu'eux...bendidon, elle est belle la traileuse tiens !

Et là je pense, le trail c'est pas du tout, du tout un truc de mauviettes. Respect, le Trail. Tu me fais une belle leçon le Trail.

Je pense aussi, sans savoir pourquoi, aux gens qui fuyaient la guerre. Qui emportaient tout sur le dos et partaient le plus loin possible, sans ravitaillement, à bout de souffle, à bout de vie.
Je me dis que j'ai bien de la chance, d'avoir pu me reposer un peu et avoir mangé et que malgré mes douleurs, je ne mesure pas encore une once de ce qu'ils ont vécu....Je me fais humble.

Je me rappelle cette homme, sorti de nulle part, venu en marchant jusqu'à mon collège pour nous expliqué qu'il avait fait un nombre incalculable de kilomètre à pied.
Je me rappelle que du haut de mes 11 ans, je n'avais pas mesuré l'exploit que c'était et à quel point ce monsieur était un grand bonhomme.

Et pendant ce temps j'avance avec un Tugdual qui stresse en voyant la barrière horaire se rapprocher.
Nous nous faisons doubler par les marcheurs du début. Cocotte et Gygy sont bien loin devant nous dorénavant.
Le soleil se lève sur le Golfe et Tugdual s'émerveille. Moi ça me déprime, parce que je pensais bien voir ce levé sur le port de Vannes et pas à 10 kms de là.

Nous suivons un groupe au travers des bois et débouchons sur du bitume. Je suis devant et tourne à droite, au bout de 150 mètres Tugdual me dit "tu es sûre de la direction ?"
Moi : "non, je l'ai fait au feeling". Nous nous retournons et apercevons les indications de parcours en sens inverse.... Et zut 300 mètres pour rien !

Et puis voilà une joggueuse du dimanche qui nous encourage, je lui demande combien de kilomètres avant Vannes. Elle hésite et nous indique 6 kms restants à partir de la barrière.

6 kms, c'est rien mais à mon allure c'est une montagne et je ne peux malheureusement pas courir..Marcher est une torture depuis 20-25 kms. Une torture qui croit de façon exponentielle.
Je grimace, Tugdual essaie de donner la cadence, mais je n'arrive pas à le suivre.
Il m'attends les mains sur les genoux et je ne rêve que d'une chose faire pareil mais je suis trop lente et ma punition est de continuer sans m'arrêter pour me détendre.

Les douleurs se généralisent. Mes tibias s'enflamment, et par moment j'ai l'impression qu'il se fendent en deux. je suis obligé de m'accroupir pour les serrer à pleine main, pour retrouver la force et le courage d'avancer.

Tout à coup, des fourmillements m'interpellent, je ne sais pas comment j'arrive encore à sentir quelque chose mais mes mains me lancent.
je regarde mes doigts...ils ont triplés de volume. Je n'ai plus d'eau dans le camel-back.
Pour économisé mon dos, je n'ai pas voulu le remplir au dernier ravito.

Tugdual craint que je ne fasse une déshydratation. Je lui dis ça va, c'est gérable.
Je me force à avaler du gel SYS qui hydrate un peu mais le goût sucré à peine prononcé m'écoeure tout de suite. Il me demande si j'ai des fourmillement à la base du crane. Non, non, je t'assure, je gère.

La tête me tourne par moment, je mets donc mes main devant pour parer une éventuelle chute.
Je sais que si je tombe, aucun de mes muscles ne répondra pour me protéger.

Tugdual n'arrête pas de me parler. Je le sens qui stresse mais j'ai confiance, je sais que je finirais, Je lui ai promis l'année dernière que nous le finirions, et n'envisage pas un seul instant d'abandonner.

Je lui dis de partir, de le faire à son allure, car c'est dur pour lui de m'attendre.
Il a peur que je lâche prise et me dis qu'on doit finir ensemble, qu'il est hors de question de finir séparés que ça n'a aucun intérêt.

Alors il me parle, essaie de trouver les mots qui réconfortent, qui boostent, il m'engueule aussi.

Moi je serre la mâchoire, je n'ai qu'une envie : Qu'il se la ferme !
qu'il me laisse moi et ma douleur en tête à tête. L'écouter me détourne de la concentration pour ne pas souffrir. L'écouter me demande trop d'énergie.
Et en même temps, l'écouter me berce, m'aide à avancer. Alors c'est moi qui la ferme et qui écoute.

Je pense aux copines de CAF et Facebook et ça me donne une énergie, une volonté incroyable.

La barrière est enfin là et on nous pointe. Voir les bénévoles est à chaque fois une fête à mon coeur. Nous les zombies, les morts-vivants, ça fait du bien de voir la civilisation, la fraîcheur, les visages souriants et bienveillants. Si je n'avais pas si mal aux jambes, je leur embrasserais bien les pieds.

Mais là je maudis l'organisateur car il nous fait faire une boucle (une énième) qui nous laisse apercevoir sur le chemin d'en face les traileurs plus avancés que nous.
Il nous suffirait de traverser la route pour gagner 30 minutes de marche.

Mes pieds hésitent un instant à traverser, mais ma tête mène encore la danse et les résigne à faire cette saloperie de boucle.

Pour couronner le tout, de douillets bancs nous attendent les bras ouverts tout le long de cette fameuse boucle. Je lorgne dessus la bave aux lèvres, mais je sais que si je m'assois, je ne repartirais pas.

Nous voilà à nouveau sur des chemins côtiers, j'ai peur de tomber dans l'eau. Les bords sont étroits et je ne suis pas sûre de marcher droit.

Dans les sous-bois des marcheurs aux bâtons et chaussettes de contention nous doublent.
Moi qui regardait cet équipement d'un air goguenard, je mesure toute l'utilité d'un tel outillage à cet instant précis. Et je crois bien que j'aurais donné mon oeil droit pour avoir leur équipement à ce moment.
Pouvoir décharger une partie de mon poids sur mes bras, est un rêve inaccessible hélas et je n'ai que mes pieds pour avancer.

La douleur est une torture depuis de nombreuses heures maintenant et je suis pourtant toujours debout. Le port de Vannes arrive enfin en visu.
J'ai de nouveau des vertiges en arrivant en ville, j'ai peur de m'effondrer et de ne pas me relever.
Je veux finir, je veux aller au bout des 56 K.

Tugdual trouve une astuce pour me faire aller plus vite. Il m'ordonne de maintenir mes mains vers le haut et de balancer mes bras pour palier à la déficience de mes jambes/pieds.

ça marche, je vais plus vite, le sang circule mieux dans mes mains et chasse les fourmillements.

Mais tenir ses bras en hauteur comme ça, demande un effort musculaire intense pour moi.

Le chemin qui mène à la passerelle est long comme un jour sans pain. Nous voyons affalés sur la pelouse les finishers du raid et du trail. Ils nous encouragent de leur mieux.

La passerelle enfin...Mais je n'avais pas calculée qu'elle était flottante. Il y a une descente qui me mène au bord des larmes (descendre est un supplice) et je tangue à droite et à gauche.
Puis les pavés, quel horreur. La tête me tourne, Tugdual me dit de m'appuyer sur lui mais j'ai peur de le faire chuter.

Je me focalise sur un point loin devant et essaie de marcher droit.
le tour du port, c'est incroyable ce que l'organisateur est sadique.
puis les oriflammes et l'arche d'arrivée à 300 mètres.

Je crie, mais pourquoi c'est si loin ??? et pourquoi ces pavés ???
Tugdual me dit: "c'est rien, on a fini, il y a les planches de bois après".
Ah oui les planches de bois, ça me tire un sourire. C'est souple le bois, c'est lisse, c'est doux (A quoi tient le bonheur ? je vous jure !)

Il me dit regarde, les photographes, tu fais un sourire et non tu ne me tiens pas la main, tu gardes tes mains en haut et tu continues sur ton allure, je suis à côté de toi.

L'arche enfin, je vois la ligne rouge, je sais que j'ai fini, que j'ai bouclé les 56 kms
Nous bippons de concert en passant et je m'effondre sur une barrière de sécurité.

ça y est, on l'a fait, on est ULTRA-MARATHONIEN !!!
(m'en fou si c'est un ultra de bébé, pour moi c'est un ultra).

Le bénévole me demande la taille de mon tee-shirt et je réponds "56 KMS!!!"
Il sourie et me redemande ma taille "Heu....3 sec d'hébétement.... ça y est je me souviens, je fais du M"

Je titube sur la place du village pour aller au ravito (le dernier) et m'effondre sur un banc à l'entrée. Trop de monde, je ne peux tenter la bousculade au risque de tomber.
Le moindre effleurement et je me vautre c'est sûr.

Une fois le terrain dégagé, j'arrive à la table mais impossible de choisir à manger. Tout m'écoeure. Je prends du pain - le seul aliment qui me réussit et vais m'asseoir.
Tugdual arrive avec du Breizh-cola - je goûte et non vraiment ça va pas passer. Je reste à l'eau et au pain, de toute façon je n'ai pas faim.

La remontée au camping-car fait 1 km que nous ferons en 2 étapes (faut se reposer un peu :-D). Nous marchons, les pieds nus dans l'herbe et le sol sablonneux, ça masse et ça détend...Je ne rêve que de mon lit.

RESULTAT : 10h10 - 56 kms....et quelques
1 bonne gamelle dans les feuilles mortes
1 équipement pas trop mal
1 gestion de course nimportenawaq.
1 premier trail qui n'en sera pas un dernier
1 remise à zéro du compteur grosse-tête

24 juin 2011

BILAN ENTRAINEMENT 1ER SEMESTRE

Petite mise au point avant le départ pour Vannes
ça fait pas de mal et ça rassure (un peu)

JANVIER A AVRIL 2011
384 kms de cap - 24 kms/semaine
847 kms de velo - 53 kms/semaine
44 kms de natation - 2,75 kms/semaine
97 heures

ENTRAINEMENT SPECIFIQUE VANNES
233 kms de cap - 39 kms/semaine
238 kms de velo - 40 kms/semaine
9 kms de natation - 1,5 kms/semaine
41 heures

28 heures de PPG

TOTAL 1er semestre --> 166 heures d'entraînement soit 7 heures/semaine

Beaucoup moins de kilomètres course à pied que sur mes prépas marathon.
J'ai préféré alterner velo et cap pour ne pas me blesser - on verra dimanche si la stratégie a été judicieuse.

En tout cas depuis le début d'année : aucune douleur et que du bonheur.

20 juin 2011

VITE FAIT AVANT LE 56 K DE VANNES

Ce week-end c'est reparti pour s'amuser en triathlon.

Le 18 juin - triathlon découverte en relais au Sables d'Olonnes (250/8/1,7)
Un temps à ne pas mettre un sportif dehors, avec un vent de folie, du froid et de la pluie par intermittence.
The dream team : Tugdual (un gars) - Manu (un vétéran)- Daphnée (une jeune) - et moi (une fille)


2 juin 2011

MON PREMIER TRIATHLON DE GRANDE

En m'inscrivant au TCN pour 2011, je me suis engagée à faire au moins 3 triathlons dans l'année - ce qui me semble insurmontable étant donné que je veux aussi faire le trail de Vannes et un tout petit marathon à Vannes aussi :-D avec une pincée de semi et quelques 10 kms et pourquoi pas 1 ou 2 cyclotouristes.

Mais bon, je ne suis pas du genre à ne pas tenir parole, j'ai craché, j'ai juré, croix de bois, croix de fer si je ne fais pas 3 triathlons que je brûle dans l'enfer des tricoteuses compulsives.

Lorsque nous apprenons que Mesquer-Quimiac organise son premier triathlon - cela ne fait qu'un tour dans nos têtes de poisson rouge et s'ensuit immédiatement l'inscription pour le premier triathlon de la saison.

Oui mais voilà, j'aurais mes enfants et ça va être chaud pour l'organisation.
Alors très vite nous décidons de m'inscrire au découverte et Tugdual sur le sprint.

Premièrement car il a plus d'expérience que moi en triathlon (donc il fait le plus long) et que comme l'un se court le matin et l'autre l'après-midi, ça nous laisse le temps de surveiller les enfants à tour de rôle.

Etant donné que la semaine d'avant je me suis lamentablement distinguée sur "Vertou à l'eau" en brassant comme une damnée, tête hors de l'eau, bonnet vol-au-vent et peur panique au ventre dans l'Erdre vaseuse et gluante ; je suis bien contente de n'avoir à faire que 350 mètres en plein océan. (et quand je dis contente, je pense : PUT1 j'ai la trouille !!!)

Il faut tout de même que je vous raconte la veille de cette course qui débute à 4h30 du matin pétante. Prise d'insomnie depuis 3 nuits, cette dernière en est l'apothéose (mais non je ne stresse pas, ou alors très légèrement).
Comme je prépare en parallèle le trail de Vannes (56 kms) et que je n'arrive pas à me rendormir.
Je pars de 6h à 7 h du mate pour 11,5 kms de cap avant le petit déjeuner.

Résultat, quand arrive l'heure du gouter, je suis fracassée de sommeil, je vois double et je ne suis plus étanche.
Mais le périple ne va pas s'achever de si bonne heure, car nous prenons le camping-car et les enfants vers 18 h 00, pour aller dormir à Mesquer et c'est un choix très judicieux que de partir ce mercredi soir car tout le monde a eu la même idée, à savoir : partir à la mer pour le week-end de Pentecôte.

Quelques heures de bouchon plus tard (Mesquer est à 130 kms !!!!), nous nous trouvons un petit coin de paradis pour dormir, il est presque minuit - ça fait 19h30 que je veille et j'ai mal aux cannes. La tête me tourne et pour couronner le tout j'ai chopé froid et ma gorge est en feu, je suis fébrile, et au bord du coma.
Je soumets discrètement l'idée à Tugdual que demain je serais peut-être forfait sur ma course si la fièvre qui pointe le bout de son nez augmente et me laisse sur le carreau.
Il me rétorque un "t'es vachement affûtée" qui me laisse pantoise.

vendredi 2 juin - 7h30 am : j'ai super bien dormi et ce sont les petits oiseaux qui m'ont réveillée, c'est donc avec le sourire que je démarre la journée. Le sourire et la gorge en feu.

Je crois bien qu'un raton laveur est venu mourir derrière mes amygdales - mais je n'ai pas de fièvre, pas de courbatures et pas du tout envie d'aller dans la mer froide. J'ai juste une haleine de chacal qui a picolé toute la nuit mais ça va le faire.

Toute la nuit j'ai rêver du triathlon. J'ai ressassé sans cesse les gestes des transitions, j'ai repensé en boucle à la meilleure façon d'organiser mon coin de parc.
Je stresse, me fais des films avec des vagues de 1 mètre qui forment une barrière infranchissable.
Un parcours vélo tellement technique que je me vautre au moins 3 fois et explose mes genoux délicats.

bon je mets tout ça dans un coin de ma tête et j'essaie de penser uniquement à la chose que je dois faire au moment présent, c'est à dire : MANGER !!!

8h30 nous voilà installés à la meilleure place pour le triathlon. Mesquer est ravissant - je retrouve les paysages accidentés de ma chère Bretagne et il n'y a pas photo, c'est vraiment magnifique et le plus bel endroit du monde (La Baule, Deauville et la Vendée : allez vous rhabiller chez Tounu car vous êtes tout moche - oui je suis chauvine et alors ???!!)

Il y a un vent de fou mais il fait super beau et il commence même à faire chaud.
Nous allons rapidement explorer les alentours.
Le parc de transition est situé environ à 400 mètres de la plage. Il faut remonter la plage de sable mou (quand je dis remonter, je pèse bien mes mots et quand je dis mou, je pense à un plat de tripes) et courir pieds-nus sur un gros bitume mal fini et rugueux (un bout de tapis nous soulage sur 100 mètres, c'est déjà ça).
Après le bitume, encore du sable de dune qui embourbe bien et enfin le parc.

Bon j'intégre ces paramètres dans ma tite tête et adopte la respiration de l'accouchement, appelée aussi respiration du petit chien (je crois que je vais vomir de peur).

J'ai tellement la trouille de cette partie natation, que je n'ai qu'une envie : partir en courant de l'autre côté et me faire porter disparue (tant pis pour Tugdual et les enfants) - j'ai envie aussi de mettre une soufflante à Tugdual parce que tout ça c'est à CAUSE de lui. Ben oui, il me dit tellement tout le temps que je suis une bête et capable de tout, que je finis parfois par le croire - mais en fait, il est juste fou ce garçon, il ne sait pas que je suis une petite chose fragile à l'intérieur et que je suis trop petite pour jouer avec lui dans la cour des grands.
Je le maudis, je lui en veux et il mériterait bien une baffe là tout de suite maintenant.

Bref je stresse tellement, que je le stresse et que du coup ça me stresse encore plus de le sentir inquiet pour moi.

Voilà le moment de préparer ma caisse et je m'aperçois que j'ai oublié mon soutif et ma montre.
Je ne retrouve pas ma gourde fétiche et je crois que là vraiment, il faut que j'abandonne.
Le hic c'est que si j'abandonne, je suis bonne pour l'asile, parce que je vais me tournebouler le cerveau dans tous les sens.

Alors j'y vais comme un bon petit soldat. j'installe mon parc de façon militaire.

une serviette au sol, le casque à droite avec les lunettes dedans. le dossard sur son porte dossard bien devant et prêt à être enfilé, les chaussures de vélo à côté du casque sur la gauche et mon gilet sur l'envers et sur le guidon. Mes gourdes sont en place et je commence à enfiler ma combine.

Je sympathise avec mon voisin qui m'aide à fermer la combine et nous filons au briefing de course.


Sur la plage, je rentre doucement dans l'eau et je me dis que non c'est pas possible, elle est vraiment trop froide, ça va me couper le souffle.
Mais finalement, la combine est super, je ne suis pas saisie du tout et il faut déja retourner sur la plage pour le départ.

Je me mets en retrait des premiers et le coup de feu part. tout le monde court dans l'eau, c'est marée basse.
le coup de feu a opéré un changement radical en moi. J'ai débranché mes 2 neurones et je suis en mode warrior, plus rien ni personne ne pourra entraver mon chemin.



Dès que nous avons de l'eau aux cuisses certains se mettent à nager et moi.... je les double en courant :-) - je me dis que finalement cette compète de natation peut peut-être se faire en courant.
Ah mais non, finalement il faut nager, je n'ai plus pied.
Me voilà dans la machine à laver. des brasseurs, des crawlers, des barboteurs et même une qui essaie tant bien que mal de faire du dos crawlé.
Je donne des coups dans les jambes des brasseurs qui s'arrêtent automatiquement de trouille que je ne les noies. je monte par-dessus les lambinoux de devant, je joue des coudes, je serre les dents et je prends la première bouée au ras du ras du bord. je crawle et arrive à me reposer en même temps. La combine me fait bien flotter et l'eau de mer qui pénétre dans mon nez et ma gorge me fait un bien fou.
Je suis bretonne de coeur, j'ai toujours connu la mer et je me sens à ma place.
les vagues et le vent ne me gêne pas, je prends même du plaisir.
2 coups de bras je respire et regarde ma direction, on m'éclabousse, j'avale de l'eau, tant pis, je reprends mon souffle de l'autre côté.

j'arrive où j'ai pieds et je me relève pour courir. Je pense à dégrapher ma combine et retirer le haut en courant (une vraie pro :-D)





En revanche, je ne force pas sur la course à pied car la dune m'essoufle beaucoup et j'en profite pour reprendre mes esprits et ma respiration.

sur le bitume, je m'envole (même pas mal) et me voilà dans le parc.

vite, vite je piétine pour retirer le bas de ma combine. et comme un automate, une machine bien huilée, j'enfile mon casque mes lunettes, mon dossard que je tourne pour qu'il soit dans le dos et enfin mes chaussures.

Je cours le vélo à la main et ne monte pas dessus tout de suite car ça bouchonne.
Un peu plus loin je me mets à l'écart et sans m'énerver, j'enfile la première pédale, grimpe sur la selle et enfile la seconde pour rouler tout droit avec force et conviction pendant que d'autres titubent.

C'est partie pour la discipline qui me semble le plus facile. J'en profite pour bien m'hydrater et me reposer.
Le parcours est roulant et super protégé du vent. Je double beaucoup de monde.
Je suis à 27/29 de moyenne, je ne force pas, je m'économise pour la cap.
Je tiens juste assez de puissance pour prendre quelques places et m'assurer du confort pour la dernière partie.
dans les descentes j'y vais tout shuss - tout à droite et pédalage à fond, je fais du 44kms/h.
en montée, et en danseuse je double pas mal de gens (j'essaie de tenir 23-25 kms/h dans les bosses qui ne sont pas bien longues).

Le hic c'est que sur les "découverte", beaucoup ne savent pas rouler et se mettent systématiquement à gauche sans doubler pour autant.

Le réglement interdit de dépasser l'axe centrale et de drafter mais j'avoue que par mesure de sécurité et précaution je préfère faire un large écart pour doubler ceux-là et j'empiète parfois sur la partie gauche de la chaussée.
je crie aussi : "attention" quand je double et que je sens que la personne ne m'a pas sentie arriver.

Bref je prends mon pied.

Une voiture a réussi à se faufiler dans la course et m'oblige à freiner sur le dernier kilomètre (grrrr), je me mets en danseuse et mouline pour habituer mon corps à reprendre la position verticale.

les 10 kms sont passés et je descend de selle, je cours avec le vélo à la main jusqu'à ma place.
Je ne me trompe pas de rangée car j'ai pris le soin de les compter avant de démarrer.

Je vire les chaussures dans la caisse, pose mon casque et mes lunettes et enfile mes runnings pieds-nus. Je bois un dernier coup et je pars à fond les gamelles.

Je suis fraîche comme une rose et n'ai aucune sensation d'engourdissement dans les jambes.



Et là je double toute une rangée de runners, qui du coup ont l'air tout surpris de me voir arriver comme une balle. La vache je me sens puissante et le bitume est un bonheur sous mes pieds.
En plus comme je m'entraîne depuis plusieurs jours avec 2 kilos de camel-back, le fait d'être "à poil" me donne des ailes.

Je me dis que ça va vraiment se terminer en apothéose car je sens les concurrents fatigués et moi je me trouve des ressources inespérées.
J'imagine gambader dans les petits chemins douaniers mais ça, c'était avant le drame....





Et le drame arrive vite, très vite, trop vite.... Les chemins douaniers commencent à devenir sableux, très sableux et nous voilà maintenant dans des espèces de tourbes, où les pieds s'enfoncent sans trouver de point d'appuis qui puissent leur donner un élan.

Je pédale dans la semoule et mon coeur monte en flèche.

Très vite je prends la décision de marcher pour faire resdescendre tout ça. Musculairement je peux le faire, mais niveau cardio et souffle c'est trop hard, je m'épuise.

J'alterne, dès que c'est trop mou je marche et je reprends la course à fond dès que c'est plus dur.

Je me refais doubler, mais rien n'est joué car nous n'en sommes qu'à la moitié.

et là le deuxième drame : des escaliers et pas des escaliers de tarlouze, je vous prie de croire.
Des trucs en béton tout raide que personne ne court.

Je demande au bénévole si la plaisanterie est encore longue. Il m'indique qu'il ne reste plus que 500 mètres (qui en réalité seront plus proche des 800 mètres).

J'enfile l'escalier de 2 marches en 2 marches.

Revoilà le dur, mon souffle est court, mais bon dieu, il faut que je redouble les 2 nanas qui m'ont dépassée.

Je galope sur le remblais (ces 2 kms en paraissent 4) et nous revoilà à l'arrivée de la partie natation.
Je galope sur le tapis, je sais que c'est bientôt fini, mais j'ai peur qu'une troisième surprise ne vienne me cueillir.

et n'ayant pas l'arche en champs de mire, je ne donne pas encore tout.

Au détour du bosquet, situé près du parc, je vois l'arche, je sais que je peux me lâcher maintenant.




Je file aussi vite que mon souffle me le permet. J'ai laissé derrière moi les 2 nanas qui se sont épuisées à courir dans les dunes et j'arrive enfin au bout de ce premier triathlon.


Conclusion : je suis heureuse d'avoir réussi à bien gérer les 3 efforts et surtout les transitions qui m'inquiétaient beaucoup.
Je pense que je n'aurais pas pu faire beaucoup mieux sauf si le terrain de cap avait été plus "classique".
Du coup, je suis très très contente de mon classement, de mon chrono et surtout j'ai repris confiance en ma nage.
Dire qu'il y a 1 an je ne savais pas nager et que c'est la première fois que je vais si loin en mer !!!
Bref c'est une victoire sur moi-même et une grand satisfaction personnelle.

Tout ça pour vous dire que le triathlon c'est super stressant car il y a 3 départs à gérer au lieu d'1 (et oui 3 disciplines qui remettent en question à chaque fois le chrono final) mais qu'au final c'est vraiment très ludique et motivant.

Résultat : je finis 5ème de ma catégorie (Sénior Femme) - 10ème femme sur 50 concurrentes et 98ème sur 190 concurrents (+1 abandon et 10 forfaits)

natation (transition vélo incluse) 350 mètres : 9min40
vélo (transition cap incluse) 10 kms : 21min41 (environ 29 kms/h si je retire 1' de transition)
cap 2,5 kms : 14min07 (10,63 kms/h)
TEMPS GLOBAL :45 min 26 sec 50

Bon finalement, Tugdual n'aura pas eu de baffe mais un gros bisou - parce que c'est quand même GRACE à lui que j'ai le courage de vivre mes envies.

Le 19 juin je fais le sprint des Sables d'Olonnes (750 mètres de natation en mer : gloups) et là tout de go Tugdual m'annonce que ça serait vraiment sympa si on s'inscrivait sur la Costarmoricaine (une cyclotouriste) qui a lieu une semaine après le trail de Vannes.

Bien sûr, sur le parcours de 137 kms (le plus long) parce que sinon c'est de la triche (vu que j'ai jamais fait 100 bornes d'un coup, autant sauter cette étape et passer directement au niveau supérieur - et puis 1 semaine pour récupérer après 56 bornes de course à pied c'est amplement suffisant non ? quand je vous dis qu'il est fou ce garçon !!)

Mais je ne peux pas lutter, ça passe par l'endroit qui m'a vu grandir (St Cast) et que c'est un paysage magnifique (et là je visualise bien les nombreuses bosses qui m'attendent et les bretons c'est pas des chochottes en sucre en vélo !)

Bref, je crois bien que je vais signer pour me faire déchirer en vélo le 3 juillet.

18 avr. 2011

JAMAIS 2 SANS 3

Après une semaine sous le signe du rhume bien bien casse-bonbon (toux, sinusite à décoller la rétine et j'en passe) me voici enfin en week-end et cerise sur le gâteau : en week-end sans enfants et sous le soleil printanier.

J'ai pas mal décrocher du point de vue course à pied ces derniers temps.
Ras-le-bol général, marre des tendons, marre des douleurs, plus envie de me battre.

20 mars 2011

OBJECTIF 1H55 ET SANS BOBO SIOUPLAIT

Voilà comme je l'ai expliqué brièvement sur le forum de CAF, depuis le marathon de la Rochelle je suis en plein doute.
Je navigue dans les eaux boueuses des angoisses et autres trouilles à répétition.

Résultat : je ne prends presque plus de plaisir à courir et surtout je n'arrive plus à vivre le moment présent.
Tout ça à cause de cette fichue tendinite du TFL qui m'a bien chahutée depuis juin dernier.
Mais là, où elle a provoqué le plus de dégâts c'est dans ma tête et non dans mon corps.

Ce n'est pas d'avoir mal qui me fait peur, c'est de devoir m'arrêter à nouveau, retourner à la case kiné-ostéo et retourner dans ce cercle vicieux.
Depuis novembre, je me dis : mais à quoi bon toute cette énergie, si c'est pour ne plus jamais courir sereinement.

Bref j'ai le moral en berne.

Alors pour me remettre en selle, pour me redonner confiance, j'élabore un plan à la noix et me fixe un challenge très très perso : battre mon record sur semi et sur ma course préférée.

Forte du merveilleux souvenir que m'a laissé le semi de St André des Eaux en 2010 et forte du chrono inespéré que j'y avais obtenu, je me lance il y a 5 semaines dans une nouvelle prépa spécifique.

Je bidouille vite fait un plan sur Runner's world et décide de m'inscrire au dernier moment sur la course au cas où (toujours les doutes sur mon TFL).

Mais ce plan je ne vais pas vraiment le tenir, trop craintive que je suis sur le fait de me re-blesser. Je réduis toujours un poil le nombre de kilomètres à effectuer et je ne me refuse aucune pose même si cela induit de louper une séance pour rester sur mon canapé.

Et puis le kiné-ostéo m'a un peu foutue à la porte avec un coup de pied aux fesses et ça n'est pas fait pour me rassurer non plus.
Le kiné : "Mais si vous pouvez courir, aller zou et si vraiment ça fait mal vous revenez me voir"
moi : "oui mais là je sens encore au bout de ma rotule un ptit chouia qui tire"
le Kiné : "mouais, ben courrez quand même et vous verrez bien"
Alors je me dis que sur ce semi je vais tout lâcher, je vais lui montrer MOUA à ce kiné que J'AI raison et que je ne suis pas totalement guérie et j'irais le voir avec mon air de "j'vous avais bien dit!"

Nous voilà le jour J. ça fait 2 semaines que je ne cours pratiquement plus car je suis trop fatiguée.
ça n'empêche que je veux quand même pourrir mon chrono et sans bobo.
La veille : aucune angoisse, je dors comme un loir mais je pose quand même un patch tissu flector gel sur mon genou (je sais c'est nul mais j'en ai besoin).

Le matin : la boule au ventre est bien présente - finalement ça me rassure presque cette boule.

Je me maquille - ben oui, les indiens mettaient bien des peintures de guerre eux - et là Corentin les yeux écarquillés : "tu te maquilles ???? pour une course ????"
moi : "Ah OUI ! sportive oui mais néanmoins femme ! Je ne sacrifierais pas ma féminité au sport !" (c'est un truc que j'ai appris sur le site de CAF :-) - rester une fille même dans l'effort)

Cette fois-ci toute la petite famille vient avec moi (les 5 garçons et Tugdual).
Du coup le moment d'attente du départ passe hyper vite, entre les bonjours aux copains du club (venus courir le 7 kms) et la gestion des bouts de chou.

Départ : comme d'habitude ça bouchonne - j'en profite à fond car je sais que ça sera le seul moment de la course où je me sens à l'aise - je marche :-D

5 premiers kilomètres : je sais pas j'ai rien vu, j'essaie de me dégager du paquet.

8ème kilomètre : je m'aperçois que mon foot pod n'est pas bien étalonné et qu'il m'indique des allures en dessous de la vérité.
ça fait 40 minutes que je me dis que "la vache 11 kms/h ce matin c'est dur à tenir" tu parles je suis à peu près à 12 kms/h depuis le début (mon allure VMA).

moitié du semi : j'aperçois Tugdual et Fabrice et j'en ai marre, mais je ne lâche rien. (53 min au 10ème kilomètre - je suis à 1 min de mon record perso sur cette distance).
J'espère même secrètement que mon genou me fasse mal pour avoir le droit d'abandonner.



J'attends le 17ème kilomètre avec impatience car je sais que la course va se jouer à ce moment là.
Alors je cours sans réfléchir, sans regarder, comme si j'étais en dehors de moi.

15ème-16ème : ça sent l'écurie. Je sors de ma léthargie, autour de moi les gens sont encore pas mal frais.
Un mec - chaussettes de compression, foulard de baroudeur sur la tête, l'air d'avoir trainé ses runnings sur au moins 50 000 kms-se moque de moi car j'ai mes écouteurs.
le jaloux : "Ouais c'est facile d'aller vite quand on a de la musique !!"
moi : "YEP" (tu vas voir ce que je vais te mettre à toi tiens !)

Je décide de l'enrhumer pour lui montrer qui c'est la patronne (m'a énervée avec sa remarque à la gomme). ça y est j'ai l'oeil du tigre là et puis je me dis que si je veux pouvoir enfin respirer normalement, je n'ai qu'à me bouger les fesses pour finir plus tôt !

et j'accélère... le 17ème km enfin. je me repose en peu dans un groupe d'hommes au 18ème (c'est pas le tout de faire la mariole au 16ème mais la course n'est pas encore finie et là j'ai un peu le souffle court).
et puis je me refais, ça va mieux et je les double.
Ce qui va m'éclater le plus (que je vais kiffer comme disent les djeuns) c'est d'entendre les mecs ronchonner à chaque fois que je vais en dépasser.

Il y a mon nom dans mon dos et j'entends certain le prononcer en râlant.
(ben oui les mecs keske vous foutez là, c'est maintenant la course c'était pas avant).
Ah ben tient j'ai oublié mon genou - bof m'en fou du genou moi je veux continuer à énerver les gens.

De plus en plus les coureurs se recroquevillent sur eux - ils souffrent (on dirait des crevettes trop cuites).



Moi je souffre aussi mais jamais de la vie je vais leur montrer et je reste droite comme un I (AH l'orgueil !).
Je pense : resserre tes omoplates, auto-agrandis toi, gonfle la poitrine (prononcé peuaterine).
Je souffle comme une forge et j'ai pris la décision de doubler toutes les nanas que j'ai en visu (the eye of the tiger j'vous dis - inarétable !)

Le dernier kilomètres je remets un coup de gomme. J'ai doublé toutes les filles sur mon chemin et pas mal de mecs aussi.
une mini-bosses sous forme de ponton me mine bien le moral mais je m'accroche.
Un grand mec veut me souffler ma place.
J'accélère, il accélère, je sprinte, il sprinte et mon coeur monte à 180.


ça cogne dur à l'intérieur de ma cage thoracique, tellement dur que j'en ai la trouille.
Je me dis : voilà c'est fini, je vais claquer là bêtement sur une course, sur un pari avec moi-même.
Je laisse le grand type définitivement me mettre une mine.
Mais bientôt l'arche est là quelqu'un crie :
ALLER les coureurs on est en dessous des 1h55 là !!!

Oh pétard ! j'accélère et tant pis si je crève sous l'arche.
Me voilà enfin au bout de ma peine. je suis pas mourrue mais presque et mon coeur redescend vite (Tugdual vérifiera parce qu'il parait que j'ai quand même une sale tronche sur le moment).


Je me dis que finalement c'est quand même bien dommage de n'avoir aucune courbature, contracture, tiraillement et d'être bloquée par son souffle et son coeur.
Je sais maintenant ce qu'il me reste à bosser : LE VO2 MAX :-D (je sais même pas comment faire mais je vais me documenter).

Résultat :
1 h 53min temps réel (11,2 kms/h en moyenne) - 1 H 54 temps officiel
26ème sur 74 dans ma catégorie et 946ème sur 1 276 arrivants (1450 inscrits)

genou : ça a tiré un poil mais pas plus qu'à l'entraînement et surtout pas d'amplification de la gêne.
167 bpm sur la course (90% de ma FC max)
180 bpm en pic
repas pré-course : 1 bol de crème dessert sojasun au chocolat + 1 poignée d'amande + 1 verre de jus de raisin - 4 heures avant la course
1 smecta, 2 heures avant la course
pas mal au ventre, pas mal aux jambes, pas mal au moral.
1 gel GU (goût citron) au départ et 1 autre (goût chocolat hmmm) à 50 minutes que je vais suçoter jusque la fin (pas de baisse d'énergie et pas de baisse de régime).

En revanche les fascias se sont vengés l'après-midi et me tirent les hanches, tellement que j'ai l'impression d'être passée au rouleau compresseur.

Je suis rassurée maintenant, pas tout à fait sereine mais un peu plus casse-coup pour la suite.
En revanche ne venez pas me parler de cap cette semaine : parce que là j'en ai ma claque !!!
ça va être vélo et natation et "corps sans douleur".
Ah oui : 2 grosses ampoules l'une sur l'autre qui ont joué les sémaphores sur mon avant dernier orteil droit.
j'ai même eu peur que des bateaux viennent s'échouer sur mes côtes tellement ça clignotait quand j'ai retiré mes pompes.

Ce lundi : mal aux hanches (les fascias bondiou) mais aucune courbature - pas trop de fatigue mais je sens que ça va venir. Ce soir automassages et travail de posture + étirements.
D'ailleurs moi je suis pour que les patrons donnent le lundi en congé après une grosse course le dimanche --> ça serait civique !

Le petit détail de la course sur RUNKEEPER



20 févr. 2011

RUN & BIKE - ST NAZAIRE C'EST LA MISERE !



Ce matin direction St Nazaire pour la première édition du Run & Bike.
Il faut souligner qu'hier Tugdual et moi sommes partis bille en tête avec nos vélos de route pour faire une séance de 50 kms minimum en endurance.
Hors de l'endurance, il n'y en a pas eu beaucoup, étant donné que nous avons monté des bosses dès le 5ème kilomètre.


ça c'est le profil de notre parcours vélo route




Pour ma part, l'idée de grimper des bosses en moulinant et restant assise sur mon popotin m'épuise plus que de me mettre en danseuse sur gros braquet et de grimper le plus rapidement possible pour en finir (en plus ça repose les fesses et le dos !).

Oui mais voilà, après 50 kms, je suis rentrée morte, HS, Kapoute, les cuisses en feu, les ischios durs comme du béton et l'estomac dans les talons.

Mais ma foi, aucun regret, car j'ai adoré cet état "d'ébriété" dans laquelle je fûs durant les 2 heures suivantes (ben oui, je suis comme tout le monde j'aime avoir la tête qui tourne et rigoler bêtement à mes propres blagues).

Chéri sur le vélo : la Saintélyon c'est proche de la Rochelle non ?
moi sur le vélo, le cerveau très peu oxygéné et les mèches blondes au vent : t'es fou la Saintélyon c'est entre St Etienne et Lyon, c'est super loin.
Chéri sur son vélo avec un regard de déception profonde : m'enfin oui je sais !! je te dis juste c'est proche sur le calendrier !!!!
moi sur le vélo, les mèches blondes qui clignotent : hi hi hi hi hi (j'ai bien failli en tomber de ma selle).

Bref, tout cela nous amène après une bonne nuit de sommeil à notre rendez-vous Run and Bike.
Un léger pressentiment m'amène à penser que ça ne va pas se passer comme nous l'avons prévu.
Tugdual souhaite faire du 12, 5kms/h de moyenne (nous avions fait 12,3 la dernière fois à St Brevin).
Moi je lui dis, oulala tu ne sais pas ce qu'il nous attend. Ben oui y a des fois comme ça je sens bien qu'un coup de Trafalgar se prépare.

Il fait un brouillard à couper au couteau et sur place l'humidité toute grise nous pénètre.
Je sens encore mes cuisses de la veille et je n'arrête pas de bailler (le stress me provoque le syndrome de la mocheté au bois dormant - plus je stresse, plus je baille, plus je somnole).
Dormir est un refuge pour moi depuis longtemps.

Déjà le départ est reculé de 15 minutes car la marée n'est pas complètement descendue et recouvre une partie du parcours.
Le sable est gorgé d'eau et lourd , nos foulées s'enfoncent comme dans de la mélasse, le vélo est pratiquement inmanoeuvrable.

Nous voilà parti, et ça galope déjà. Et déjà je m'aperçois qu'il faut que je puise dans mes ressources pour aller de l'avant.
Je suis déjà en souffrance au bout de 600 mètres.

Impossible de se reposer sur le vélo car c'est encore plus dur de pédaler que de courir.
Le vélo s'enfonce et c'est comme si une main invisible attrapait ma roue arrière et me trainait en sens inverse.

Arrive un passage technique où il faut traverser des rochers plein d'algues et de trous d'eau.
Tugdual galère avec le vélo depuis longtemps.
Moi je marche et mon coeur ne redescend pas.

C'est reparti en sens inverse. Nous voilà à galérer dans les galets, jusqu'au moment où la situation me semble tellement grotesque qu'au lieu de pester comme au début, j'éclate de rire.
J'éclate de rire car on fait des mimes et des efforts comme si nous étions au moins à 15 kms/h alors qu'on patouille comme des branks sans avancer d'un pet de cailloux.




Bref j'en ai ras les guiboles, ras le souffle et ras le coeur.
Alors dans ces cas là ; quand je sens que même en m'arrachant je n'irais pas plus vite ni plus loin, je décide de me mettre en mode "la croisière s'amuse".

Oui mais c'est sans compter sur la hargne de l'autre moitié de mon binôme qui a décidé lui de son côté d'aller gratter les 2 gonzesses qui sont devant nous.

Alors que moi je n'en suis pas du tout là. Tout ce que je veux c'est ne pas crever ou laisser un tendon en drapeau sur le bout d'un rocher.

Mais bon, le voilà qui pousse ma selle avec moi dessus maintenant (m'enfin, ça va pas non ? l'est pas beau le paysage ?).

Bon me revoilà empêtrée dans la bouillasse sablonneuse et malgré mes efforts je fais du surplace, m'épuisant totalement.

Dans la panique, je n'ai même pas eu l'idée de descendre du vélo pour le pousser sur le sable plus dur.

Tugdual prend la relève - boulet je suis, boulet je resterais sur cette course.

Enfin, un peu de dur, enfin de moins mou. Je galope et me sens pendant 2 minutes enfin à l'aise.
ça sera les 2 seules et uniques minutes de la course.

L'arche se dessine au loin, mon coeur bât si fort que j'ai l'impression qu'il va griller.
Vraiment je t'assure lecteur, j'ai cru que j'allais clamser là tout debout en pleine course.

Quand il ne reste plus que quelques mètres j'accélère et Tugdual en bave comme un polonais pour me suivre le vélo à la main (de toute façon, le vélo, on l'a plus poussé qu'il ne nous a porté).
tout comme dans les bosses d'hier, je préfère pousser à fond pour en finir plus rapidement, quitte à m'éffondrer sous l'arche.

Arrivés, Tugdual à le sourire comme d'habitude (je l'appelle Oui-Oui ou Bisounours : toujours heureux de vivre malgré les souffrances endurées).
Il me demande si ça va. Je n'arrive même pas à lui répondre. Je souffle comme un boeuf qui aurait fumé 15 paquets de clopes.
Mon coeur bât la chamade et les pulses ne veulent pas redescendre.

Pendant plusieurs minutes je resterais à plus de 100 bmp, alors que d'habitude ça chute de suite à 70.

Bilan de cette course : une 100ème place sur 113 participants et 111 arrivants.
1h18 pour un peu plus de 13 kms.
une moyenne de 10,04 kms/h où j'ai plus couru que pédalé.

http://runkeeper.com/user/tgrall/activity/26458286
(ça c'est la carte de la course).

Zéro pour cent de plaisir et une fringale qui a dévalisé tous mes placards.
C'est bien simple j'ai mangé de 13 h à 19 h pratiquement non-stop (enfin si, y a eu une sieste de 45 minutes, enfin pas une sieste un coma).

Bref, je ne suis pas une traileuse. ça se confirme et je retourne à mon bitume chéri, lui qui est bien lisse, bien dur et bien dynamique.

Abadidon, ça promet pour le trail des 56 kms de Vannes !

6 févr. 2011

RUN & BIKE - MY FIRST BUT NOT MY LAST


Me voilà entraînée, presque sans m'en apercevoir et en tout cas sans savoir ce qu'il m'attend par mon cher et tendre pour un Run & Bike à St Brevin l'Océan.

15 kms à travers chemin de douaniers et plage immense.

Comme des touristes nous nous pointons seulement 30 minutes avant le départ.
l'inscription se fait sur place et cela ne nous laisse pas beaucoup de temps pour nous échauffer.

ça me fait tout bizarre de retrouver mon VTC, que je trouve drôlement lourd quand même, mais super confortable (+++).

Je choisis de démarrer par la course à pied et vais prendre le départ sur la plage.
C'est décidé, je ferais tout à fond (15 kms) et nous avons une stratégie avec Tugdual...

Toutes les minutes nous échangeons nos places. Le but est de courir à fond et de se reposer sur le vélo.
Le départ est brouillon au possible car il y a peu de place pour les changements et nous sommes dans le gros du paquet.

Rapidement une nana qui veut absolument me griller en vélo se viande lamentablement autour d'une bit en béton, manquant de me faire tomber.
Je freine et tamponne un tout petit peu sa roue arrière (qui est au sol) - contente de ne pas être tombée à mon tour.
Elle se relève et me lance un regard mauvais.
Je la passe en riant et lui chantonnant "désolée !!!" (je sais ça énerve).

Les changements sont laborieux de mon côté car je ne sais pas enfourcher mon vélo en courant à côté. Donc je redémarre à l'arrêt à chaque fois.
Mais je mets un gros braquet et remonte à la hauteur de Tugdual.

Nous procédons ainsi de suite pendant la 1ère moitié et nous voilà déjà sur la plage.
Là, on finit de doubler beaucoup de monde.
En fait des personnes qui sont parties trop vite et commencent à exploser en vol.

Moi je fais ma Barbie : c'est à dire que j'ai préparé un joli petit sachet de Jelly Belly Bean pour me ravitailler, car je sais qu'en faisant tout à fond, je vais avoir un gros besoin de sucre rapidement...

Et le joli petit sachet ??? ben il m'attend gentiment dans le fond de la poche de mon blouson tout au fond du coffre de la Peugeot.

Là, à ce moment, j'ai envie de pleurer de faim. The big fringale et cette plage qui n'en finie pas.
Je n'en vois pas le bout.
Je ralentis par la force des choses et en enfourchant mon vélo je peste contre Tugdual.
je le maudis de m'avoir emmener sur cette course et je crie que j'en ai plein le C**.

ça fait bien marrer nos collègues alentours et ça me redonne le sourire.

Nous suivons depuis quelques kilomètres un duo de jeunes vétérans, habillés de bleu.

Tous les 4, on s'encourage, on se double et on se sert de lièvre.

D'un coup j'aperçois Quasy qui revient à fond de train dans l'autre sens. Ben oui, lui, il a bientôt fini. On se fait coucou au passage et pour un instant j'oublie ma faim galopante (beaucoup plus galopante que mes gambettes).

voilà, qu'il faut maintenant traverser un cours d'eau de mer qui nous plonge, mon vélo et moi dans l'eau froide jusqu'aux chevilles.
Tugdual batifole avec de l'eau aux mollet et moi je confesse que je n'adore pas trop trop avoir les pieds mouillés.

Pour repartir sur la cap, mes runnings pèsent 3 tonnes chacune et je sens que je puise des réserves de puissance dans mes cuisses pour tenir une foulée bondissante et rapide.

Arrive la fin de la plage et un autre chemin de douaniers. Tugdual prend le vélo pour toutes les parties plus techniques : dunes de sable et ornières et c'est bien volontiers que je lui file l'engin pour crapahuter la petite butte qui nous mène au sentier.

Vient alors une belle bosse qui en laisse plus d'un sur le carreau.
Les VTTistes souffrent plus que les capeurs. Beaucoup courent à côté du vélo et pas mal de capeurs marchent.
Moi je cours (mon coeur monte à 181) - en haut Tugdual me rejoint et je marche quelques pas mais il m'invective : "allez, allez".

Ouh, je le maudis, je veux juste marcher un petit coup pour faire redescendre mon coeur.

Bon je repars et nous revoilà sur la plage. Je laisse Tugdual se débattre dans le sable avec le vélo.
Moi je cours et récupère.
Je n'ai plus faim, je n'ai pas mal, je suis dans ma bulle, je sais que maintenant je récupère, je le sens.

Nos amis bleus nous rejoignent et nous continuons à avancer comme à l'aller.
La selle de notre vélo est de traviole et il couine comme une vielle casserole.

je me dis que ça va mal se terminer ce truc et qu'on va finir la course avec le vélo en bandoulière.

Les papys stroumphes commencent à nous imiter et changent toutes les minutes.
Mais nous nous sommes refaits avec Tugdual (enfin surtout moi, vu que lui n'a jamais montré de signes de faiblesse).

et on galope-vélote tout schuss, laissant nos compères loin derrière.

Tugdual a pris un autre couple en chasse, composé d'une petite nana en orange et d'un costaud en blanc.
Le mec à l'air bon coureur et la nana s'accroche dur.
Tugdual veut absolument les griller.
Moi, ma mission est faite : on a largué les 2 bleus, le reste n'est que superflu.

Mais il ne reste plus que 3 kms et ça me met des fourmis dans les papattes (bientôt la bouffe !!!).

Alors on accélère. Et je dis à Tugdual que je veux finir en courant.
Je lui refile le vélo en haut de la butte en béton qui nous sort de la plage (j'ai calé sur la plus grosse vitesse et tout debout sur les pédales je n'arrive pas à faire monter la bête. Les pédales restent statiques, mouarf).

Tugdual galère pour récupérer le coup et moi je galope, je galope, je galope.
On récupère le couple orange-blanc et il ne reste plus qu'une petite bosse pour arriver sous l'arche.

Ni une ni deux, je remets un coup de booster. le mec me rattrape et me grille près de la ligne d'arrivée mais sa compagne est en arrière et n'arrive pas à suivre.
Il est obligé de l'attendre pour franchir l'arche et nous arrivons Tugdual et moi ensemble, 1 poil avant eux.

Alors les filles, tout ça pour vous dire que le Run & Bike c'est méga fun.
et que je n'envisage même plus mes séances de fractionné autrement parce que c'est bon de s'arracher en cap et de se reposer en vélo :-)

Le temps passe à une allure incroyable et l'ambiance est super décontractée.

Résultat : 1h 13 pour 15 kms (tout bonnement impensable voir incroyable il n'y a que serait-ce quelques semaines).
160 de FC moyenne.

nota : Tugdual veut en refaire un autre à St Nazaire dans 15 jours.
Moi je vous dis à ce train là y a plus besoin de faire de prépa spécifique pour quoique ce soit.

Nota bis : j'ai bien pensé à toi Twister car je sais que tu bosses le fractionné en ce moment.
N'hésite pas à emmener Tony là-dessus (lui en endurance et toi à fond et tu vas très très rapidement progresser)

23 janv. 2011

WINTERSPLASH ET AUTRES FARIBOLES



Je ne sais pas comment ça s'est goupillé, vu que je n'avais rien programmé de tout cela au préalable.
Ce week-end a été l'un de mes plus sportifs depuis très longtemps.
Je m'en vais vous en compter son déroulement.

Samedi matin comme d'habitude, je relève le drap, j'ai peur que tu es froid- heu non non : je m'arrache du lit, et je te secoue vers 6h45 pour aller à la piscine (hé ho dubateau, tu te lèves oui ou non ?).
Dans un brouillard morphinique, j'atterris dans l'eau tiède et après 50 mètres de crawl me retrouve bien réveillée - il est 8 h 02.
A 8 h 10, le coach considère que 10 minutes d'échauffement suffisent à faire 500 mètres (moi j'en ai fait 200 ... (sic) ).

Aujourd'hui c'est foule, nous sommes 30 dans la ligne d'eau. Manque de place, niveaux trop disparates, je me retrouve, moi, pov poisson rouge, au milieu des squales.
Je me fais passer à droite, à gauche mais m'en fou je continue.


A 8 h quarantédesbubulles, le coach nous demande combien de longueurs nous avons faites.
8 pour moi et oh surprise - 8 pour pas mal d'entre nous.
"Mais qu'est-ce que vous avez branlé les gars ?"
Il demande à un squale combien de longueurs :
"13 avec celle-là"
"ah ben tu vois coach, c'est cohérent finalement si lui fait 13 - 8 pour nous c'est cohérent"
Et là se lis sur le visage du coach tout le désarroi et la désillusion d'un mec qui vient de comprendre que les poissons rouges et ben y z'ont des petites nageoires qu'avancent pas bien vite - mais ne t'en fait pas coach, du courage y z'en ont et de la volonté aussi.

1,2 kms plus tard j'ai la joie de rattraper et de chatouiller les pieds d'un de mes compagnons aquaphiles (ou tique c'est selon) et je peux vous dire que ce n'est pas une mince victoire pour mon moral (qui était bien bas de voir tout le monde l'enrhumer.)
Surtout que le gars en question mesure au moins 2 m 72 (enfin dans mon souvenir) et qu'il est largement plus puissant que moi (si, si je t'assure lecteur, bien que super balèze - mate les biscotos- j'avoue que là, le costaud était beaucoup plus balèze - qui a dit que j'étais musclée comme un flan au pruneau ? grrr).

A la maison, je m'occupe des petits loups et file me changer en runneuse. Je pars pour 5 kms de cap.
Il fait froid mais tout va bien. Finalement courir c'est comme une seconde nature et c'est bien plus facile que de nager.
Pas de bobo au genou (le kiné m'a remise une vertèbres hier - salo***** de dos de m*****). Au bout de 5 kms je rentre car je prévois une sortie vélo toute à l'heure et Tugdual m'a mis le doute tout à l'heure quant à ma capacité à enchaîner autant de kilomètres le même jour (pourtant j'en aurais bien fait quelques uns de plus - genre 3-4 kms en plus ou 5-7 voir même 10-12, non non je plaisante, impossible pour moi pour le moment de reprendre une sortie si longue).

Et oui l'idée m'est venu en courant de pratiquer les 3 disciplines dans la journée (heureusement que je ne fais pas de décathlon). Je sais c'est idiot, ça ne prouve rien mais ça me fait plaisir et me rassure pour la suite des évènements.

Après le déjeuner, hop me voilà cycliste. Encagoulée jusqu'aux yeux je pars affrontée la froidure.
Le vent est bien présent et va me gêner copieusement tout le long de la ballade.
J'arriverai quand même à tenir mes 24 kms/h de moyenne sur 40 kms (je ne sais pas comment d'ailleurs) sans pouvoir me reposer un seul instant en m'abritant derrière deux costauds (vu que je suis seule).

Le soir tombant, je suis toute étonnée de me trouver pleine d'énergie et d'entrain.
3 heures de sport qui sont passés comme une lettre à la poste. Il faut dire que j'ai eu le droit aux transitions les plus longues de l'histoire du triathlon je pense.

Dimanche - big day s'il en est ! Je me suis engagée sans trop y réfléchir sur deux belles rencontres sportives.
La première : un 10 kms dans Nantes avec l'équipe du marathon de Nantes et son rassemblement 100 % féminin (j'y retrouve Jean-François Lajeunesse et Angèle La Gazelle).
la seconde : le wintersplash de nos amis du TCN, organisé par Rodolphe, The Rodolphe, The coach des TCNISTES.
Nous avons formé une équipe de 5 girls composée de 2 fusées, 2 boulets (dont moi) et 1 estropiée (vachement balèze quand même).
cette rencontre est toute ludique mais malgré tout, l'envie de bien faire aiguise le stress de chacune.
Nous aurons à faire :
1 -relais 5 x 50 mètres crawl (Elise, Daphné, Moi, la nana de Rodolphe - désolée j'ai pas capté ton prénom,et Re- Elise)
1 -4 x 25 mètres (papillon, dos crawlé, brasse, crawl) (Elise - ben tu m'étonnes !!!)
1 -50 mètres dos crawlé (Daphné)
1 -50 mètres brasse (Moi)
1 -50 mètres crawl (Sylvie)
1 -100 mètres crawl (Agnès)
et une surprise..... 1 relais 5 x 50 mètres nage libre équipée d'un gilet de sauvetage qu'il faut se passer à l'une puis à l'autre le plus rapidement possible. (Moi, et après ch'sais plus vu que j'ai du perdre connaissance 2-3 secondes)



Le résultat de ce bric à brac : un excellent moment, des rencontres, et de la confiance gagnée en natation.
premièrement parce que j'ai réussi à plonger 3 fois sans faire de SPLASH sur le ventre qui laisse une grosse marque toute rouge et qui brûle pendant des jours, et sans perdre mes lunettes, dernier bastion de mon orgueil sportif.
Deuxièmement parce que je n'ai pas été ridicule, enfin je crois, enfin j'espère- et oui personne n'est venu me sortir de l'eau en me demandant ce que je foutais là et en m'indiquant le chemin le plus rapide pour retourner chez les fous- j'en conclue donc que je suis passé inaperçue. Les requins n'ont pas remarqué Némo le poisson clown.

Je sais que j'ai fait 48 secondes au premier 50 mètres crawl et je me dis que ma foi pour 7 mois de pratique dont 2 d'assidus, c'est tout à fait honorable.

"Chéri ? 48 sec au 50 mètres ça fait combien à l'heure ?"
"Heu je sais pas... 1 h 30 ?"
(bon, il était fatigué Chéri le soir mais il m'a fait marrer comme une baleine (ah ben tient je progresse dans la famille aquatique)).

Je ne remercierais jamais assez mes co-équipières, qui ont été parfaites de bout en bout.
Quel talent ! mais quel talent ces filles !!!

Pour le résultat final, j'en saurais un peu plus prochainement.

Après décompte du week-end et de la semaine, me voilà à 3,650 kms de natation.
Je commence à avoir des écailles qui poussent mais bon l'Ironman est encore loin.

15 janv. 2011

OBJECTIF IRONMAN 2013

Que de challenges en 2011 !!!

Déjà, premièrement je suis promue professionnellement (changement d'équipe, de chef, d'objectifs etc) ce qui ajoute un peu de pression à mes challenges personnels.
Deuxièmement, j'ai bien débuter l'entraînement au sein du club de Tri de Nantes et maintenant se dessine les objectifs de la saison de triathlon 2011.

Mais ces objectifs n'ont qu'un seul et unique but, me mener doucement (mais sûrement) à m'aligner sur un ironman en 2013. Année qui je dois le rappeler verra fleurir mes 40 printemps.

Bon j'avais dit 1 marathon avant 40 ans. Me voilà déjà à 2 et d'ici 2 ans je pense en faire encore au moins 2. Le contrat est largement rempli pour ma part.

Voilà pourquoi, il me fallait un challenge un peu plus musclé !

Du côté de la tendinite TFL, ça va beaucoup mieux. Le kiné progresse de façon spectaculaire.
Je peux de nouveau courir 1 heure et un peu plus et même faire la folle avec les allures.
J'ai l'impression à chaque fois d'être totalement guérie, mais dès que je repasse entre ses mains, il a le don de trouver l'endroit exact où il faut bosser - c'est à dire triturer de ses petits doigts agiles - et la douleur alors ressentie me rappelle gentiment que oui la tendinite est toujours là en latence et qu'il faut s'occuper de son cas.

-Dis-donc M. Le kiné, là vous réveiller exactement la même douleur qu'à la Rochelle.
- ah ben c'est pour vous rappeler le marathon
- oui oui, là je le revis bien effectivement (ouch ....)

Bref : je suis en totale confiance avec ce thérapeute et lui confie volontiers mon genou et mes tendons pour qu'il les malmène à sa guise et fasse se barrer Mme la tendinite, loin très loin voir très très loin.

Du côté natation, là aussi ça progresse et ça progresse même relativement vite je trouve.
Je prends de la vitesse au fur et à mesure que j'assimile la technique mais la vache qu'est-ce que mes épaules morflent (1 km en 30 min - 1,4 kms en 50 min - là où il y a 2 mois j'étais à 45 min et 1h15).

Faut dire que mes épaules, mes bras et mes dorsaux n'ont jamais vraiment été sollicités jusqu'à présent. Ils sortent d'une léthargie de pratiquement 37 ans et que là d'un coup je leur demande de se magner le train et d'obéir sans rouspéter.

Me voilà maintenant à effectuer des étirements de ces groupes musculaires.
Ce qui monte gentiment la séance d'étirements à 20 minutes.
Sachant que je fais grosso-modo 3 à 4 séances d'étirements par semaine, vous comprendrez pourquoi mon mari me demande à chaque fois, si je compte passer autant de temps à l'entraînement qu'à m'étirer.
Ce à quoi je réponds systématiquement : "Tu m'agaces !" (sur le ton de Liliane qui parle à José)



Enfin la partie vélo est une de mes préférées. J'y retrouve le plaisir du long, de la ballade active et de la satisfaction de l'effort.
En général quand je rentre du vélo je suis aussi cassée qu'après un semi-marathon et ça j'aime bien.

D'ailleurs pour rajouter au plaisir je suis allée courir 5 bornes tout de suite après ma sortie vélo de 66 kms de dimanche dernier.

C'était chouette, j'avais l'impression de courir les 5 derniers kilomètres d'un marathon.

Bref : je deviens un poil addict aux entraînements croisés et au format triathlon.

Pour cette année je me focalise sur du court (sprint principalement) pour comprendre et assimiler l'enchaînement des trois disciplines.
Il me faut forger mon corps à devenir triathlète.

en 2012 ce sera alternance de moyennes et courtes distances (CD et half)

en 2013 : on augmentera progressivement le volume d'entraînement pour passer des 8-10 heures hebdo dont j'ai l'habitude à 15-20 heures.
Je pense que la moyenne tournera aux alentours de 15 heures hebdo parce que je ne vois pas comment je pourrais mettre 20 heures d'entraînement dans mon planning actuel.
Faut que je bosse un peu quand même...

voilà l'ébauche de mon calendrier sportif. Il me reste à vérifier quelques trucs mais ça devrait vraiment ressembler à ça (en croisant les doigts pour que d'ici là mes tendons et autres muscles ou os se comportent comme de bons petits soldats) :

Stage club (si maintenu) 16-17 avril avec le 10 kms de Nantes le 16/4

Triathlon de vioreau le 24/4 (course interne au club)

Triathlon Aiguillon sur mer le 5/6 DECOUVERTE (250 m / 10 km / 2,5 km)

Raid golfe du morbihan 56kms le 25 juin (7 heures ça serait bien)

Triathlon le mans le 2 juillet SPRINT (1h41 la dernière - oups) (500 m/ 21 kms/ 5 kms)

triathlon larmor plage le 21 aout SPRINT (1h38 le dernier - ouch) (750 m / 18 km / 5 km)

triathlon quiberon le 4 septembre CD (1 500 m / 40 km / 10 kms)

triatlhon nantes le 11 septembre organisation

triathlon la Baule le 19/09 SPRINT (parce que le CD se fait en drafting et que je suis une bille pour drafter, en plus ça risque de mal tourner c't'affaire)

marathon de vannes le 16 octobre (en 4 heures putain !)